Spécial Internet

Eric Lapaille (eric@netline.be)

Part 1 - Internet, les prérequis

Ca existe depuis quand ?

L'historique au pas de course. En 1969, 4 ordinateurs du département militaire US DARPA sont interconnectés entre eux pour faciliter l'échange d'informations entre bases militaires. Le but est aussi de créer un réseau capable par la décentralisation de ses données de survivre à un conflit avec le bloc soviétique. En 1972, ils ne sont encore que 37 serveurs à être reliés via le réseau ARPANET. Le projet s'ouvre progressivement à d'autres institutions scientifiques et académiques US. Dès 1973, s'établissent les premières connexions internationales entre les Etats-Unis et la Norvège.

Dans les années 80, de nombreuses organisations commencent à créer leur propre réseau respectant la philosophie du réseau Arpanet. Le plus important est le loin NSFNET, le réseau de la National Science Foundation Américaine.

Les programmes s'affinent peu à peu et débouchent sur de véritables applications structurées comme la messagerie électronique ou la connexion à distance de gros ordinateurs. En 1982, est adopté le protocole TCP/IP qui deviendra le fondement d'Internet, le langage qui permettra aux machines du monde entier de communiquer entre elles. Internet devient le terme officiel pour désigner non pas un réseau mais une collection de tous ces réseaux utilisant le protocole IP.

Qui dirige ?

Internet n'a pas de patron, aucune autorité unique ne la contrôle. Toute une série de comités bénévoles comme l'Internet Engineering Task Force ou l'Internet Society veillent à son bon fonctionnement, c'est tout.

Qui paie ?

Il n'y pas pas non plus d'autorité centrale chargée de récolter des droits d'accès sur Internet. Le responsable d'un réseau choisit simplement de se connecter avec d'autres et finance les coûts afférents à cette interconnexion.

Quelle est la taille d'Internet ?

Jusqu'à la fin des années quatre-vingt, Internet coule des jours paisibles et discrets se contentant de tisser sa toile mondiale dans la seule communauté scientifique. Le monde académique s'y échange librement et à peu de frais textes, documents ou messages. Avec les années 90, Internet prend soudain un nouveau visage plus commercial. Révolution à la fois culturelle et économique, Internet s'ouvre progressivement aux entreprises qui y voient un nouveau marché, une nouvelle façon de faire des affaires.

Internet explose littéralement. Le Net , l'I-Way, la matrice ou le cyberspace comme préfèrent l'appeler les initiés, regroupe désormais 2,5 millions d'ordinateurs répartis dans 135 pays. Un nouveau réseau vient s'y connecter toutes les dix minutes et le nombre d'utilisateurs augmente de 10 à 15 % par mois.

Quelques chiffres donnent une idée de la dimension tentaculaire d'Internet :

un chiffre d'affaires généré par Internet qui double chauqe année depuis  10 ans pour atteindre 210 milliards de dollars en l’an 2000

6000 milliards d'octets et caractères transitant chaque mois par le principal site américain

12 milliards de messages échangés l'an dernier rien que pour les Etats-Unis.

Quelle machine pour se relier à Internet ?

Grâce à son architecture ouverte, Internet accueille des ordinateurs de tous types et de toutes marques. L'accès au réseau est transparent et aisé qu'on dispose d'un simple PC, d'un Mac, d'un Amiga ou d'une grosse station Unix.

Qu'elle est la solution la moins chère pour se connecter à Internet ?

Pour profiter totalement de toutes les possibilités d'Internet, il faut trouver un fournisseur Internet, ( dans le jargon cyber : des Internet Providers voir notre liste en annexe) capable de vous offrir un accès via le protocole de transmission de données TCP/IP. Vous lui demanderez une solution "dial-up/IP" avec laquelle vous ferez partie intégrante du réseau Internet et disposerez de votre propre adresse IP. Dans ce cas, il faudra aussi que votre machine utilise le protocole TCP/IP. Il faudra compter un minimum de plus ou moins huit cent francs par mois pour un accès de base

Quel est le minimum à savoir sur TCP/IP ?

TCP c'est le Transmission Control Protocol, le protocole chargé de l'intégrité de vos données. Il découpe votre information par paquets puis numérote ces paquets, en calcule un checksum, et les place dans une enveloppe TCP. L'enveloppe TCP est ensuite placée dans une enveloppe IP (Internet Protocol) où sont mentionnées les adresses de l'émetteur et du destinataire.

Une adresse Internet Protocol est constituée de quatre nombres inférieurs à 256 et séparés par un point comme ceci : 194.78.19.132. Chaque machine reliée à Internet dispose d'une telle adresse unique.

Selon votre taille, vous demanderez à votre fournisseur une seule adresse IP, un réseau de classe C supportant 255 adresses (194.78.19.x), de classe B à 65535 adresses (194.78.x.x) ou carrément un réseau de classe A avec 16 millions d'adresses (194.x.x.x). Comme ces numéros ne sont pas très parlants ni très simples à retenir, on a créé en 1984 un système de "Domain Name", une simple liste qui associe à chaque adresse IP un nom un peu plus humain constitué de domaines imbriqués. Des conventions codifient en partie ces noms de domaine aux USA. L'extension gov pour les organisations gouvernementales, edu pour l'enseignement, mil pour la défense, com pour le privé, org pour les autres. Dans le reste du monde, les seules conventions portent sur le nom du pays : be pour Belgique, fi pour Finlande etc.

L'Internet Provider peut généralement vous offrir un raccordement via ligne téléphonique ordinaire, ligne Réseau Numérique à Intégration de Services ou encore par ligne louée.

Avec le protocole TCP/IP tournant sur votre système, vous choisirez de vous connecter directement sur Internet si vous faîtes partie d'un LAN (réseau local) lui-même relié à Internet via ligne louée ou indirectement à travers une connexion modem vers un ordinateur hôte relié à Internet.

Dans le cas d'une connexion par modem, votre machine et la machine hôte devront utiliser un protocole de communication sérielle capable de faire transiter les paquets TCP/IP par liaison série.

Ces protocoles s'appellent SLIP (Serial Line Internet Protocol), CSLIP (Compressed SLIP) ou PPP (Point to Point Protocol).

Pour une entreprise ou de gros utilisateurs d'Internet, la connexion directe par ligne louée est la plus intéressante. Vous faîtes tirer une ligne louée entre votre réseau local et Internet par votre opérateur telecom. Vous demandez une adresse IP permanente et comme votre LAN est accessible 24 heures sur 24 sur Internet, vous pouvez vous aussi vous transformer en fournisseur de services Internet. Vous payez un montant forfaitaire mensuel aux PTT et vous n'avez plus de mauvaises surprises au niveau de la facture téléphonique.

Que faut-il comme matériel pour se connecter sur Internet ?

Il y a déjà moyen avec un AT 286 et un bon vieux DOS de se connecter en mode texte sur Internet, d'y relever une boîte aux lettres électronique, de transférer des fichiers, de commander un ordinateur distant et même de naviguer sur World Wide Web avec un programme comme Lynx.

Pour une connexion agréable, il vous faut une machine avec un environnement graphique Mac ou Windows. Côté PC, un 486 avec 8 MB de RAM est le minimum acceptable car beaucoup de programmes réclament Win32s ou sont très gourmands en ressources audio et vidéo. Côté modem, offrez vos appareils 300, 1200, 2400 ou 9600 bps à une association de bienfaisance et munissez-vous d'un modem digne de ce nom V32bis (14400 bits par seconde) ou mieux V.34 (28800 bits par seconde). Même avec un V.34, vous vous énerverez plus d'une fois en chargeant une page graphique complexe du World Wide Web qui mettra plus de trente secondes à s'afficher. Avec une ligne ISDN ou une ligne louée digitale et un très gros budget, vous seriez un peu mieux loti et pourriez même commencer à transférer un fichier de plusieurs MB, télécharger un clip vidéo de Madonna, faire de la visioconférence ou toute autre application exigeant beaucoup de bande passante.

Quel est le numéro d'appel d'Internet ?

Ne posez jamais cette question devant un initié sous peine d'être la proie de quolibets. Il n'y a pas de numéro d'accès unique comme le Minitel et son 3615. Chaque fournisseur Internet a ses propres numéros de téléphone dans les principales villes du pays qu'il met à disposition de ses membres.

Si vous signez un abonnement auprès de ce fournisseur, il vous remettra le numéro de téléphone à contacter ainsi qu'un nom de code et un mot de passe.

Quand je navigue sur un site US, est-ce que je paie une connexion téléphonique internationale ?

Non, vous ne paierez jamais la facture téléphonique que pour la connexion entre votre ordinateur et le POP (Point Of Presence), le point d'entrée local de votre fournisseur Internet.

Si je suis connecté sur Internet, quelqu'un de mal intentionné peut-il pénétrer mon ordinateur ?

D'abord, vous ne risquez rien du tout si votre ordinateur n'est pas configuré pour faire office de serveur Internet. Si aucun démon FTP, Telnet ou http ne tourne sur votre machine, personne ne saurait s'y connecter.

Ensuite, je vous retourne la question : "Laissez-vous votre autoradio et votre chéquier dans une voiture ouverte la nuit en plein coeur de Bruxelles ?". Si vous mettez un minimum de protection, évitez les mots de passe trop courts ou trop simples, contrôlez les droits d'accès à votre machine, peu de problèmes vous arriveront. Pour un maximum de sécurité, placez une machine Firewall entre Internet et le réseau de votre entreprise.

Est-il concevable de transmettre des informations confidentielles via Internet ?

Restez prudent. Avant de poster votre numéro de carte de crédit dans un message, rappelez-vous que le paquet va transiter par des dizaines de sites où il pourrait être intercepté. Pour toute information sensible à transmettre par courrier électronique, utilisez le programme freeware d'encryption PGP (Pretty Good Privacy). Il encrypte le contenu de votre message, le destinataire devant disposer d'une clé pour décoder le message crypté.

Les principaux services d’Internet

1.        L’IRC ou Internet Relay Chat : Les anglophones l’auront compris, il s’agit de discussions similaires aux newsgroups : il y a toujours un ensemble de conférences aux sujets déterminés, mais l’avantage est que la discussion (le chat, à prononcer ‘Tchatt’) se fait en temps réel. Vous allez pouvoir entamer par l’intermédiaire de votre clavier une discussion avec un ou plusieurs correspondants.  Prenons l’exemple d’une entreprise d’assistance informatique, grâce à l’IRC elle pourrait fournir une aide technique n’importe où dans le monde, en expliquant via l’IRC les processus à suivre pour éliminer tel ou tel problème.

2.        le World Wide Web : WWW ou le Web, c'est la toile d'araignée mondiale qui s'est tissée entre plus de cent mille serveurs répartis dans le monde entier et mettant à disposition du public les documents hypertexte les plus divers. Le projet est né en 1989 au CERN à Genève d'une volonté d'échanger des informations entre chercheurs en physique. Mais World Wide Web n'a connu son véritable boom que fin 1993 lorsque le NCSA, le National Center for Supercomputing Applications de l'Université d'Illinois, a réalisé le premier navigateur Mosaïc.
World Wide Web est devenu un immense service d'information mondial, un système hypertexte global où l'information est distribuée aux quatre coins du monde par des ordinateurs communiquant au moyen des mêmes protocoles. Dans un système hypertexte, certains mots ou images d'un document renvoient à d'autres informations contenues dans d'autres documents distants. Le simple fait de pointer et cliquer avec la souris sur un de ces hyperliens provoque l'affichage du nouveau document qui lui-même contient des pointeurs vers d'autres informations et ainsi de suite à l'infini.  Avec un tel système hypertexte, il n'y a plus une façon unique de parcourir un document comme c'est le cas d'un livre. L'utilisation est plus interactive, chaque lecteur sautant d'un document à l'autre au fil des hyperliens qui l'intéresse. L'allégorie de la mer revient systématiquement : on navigue sur Internet, on surfe sur le Web en passant de vague en vague, on utilise un programme navigateur (les anglo-saxons parlent de browser et au Québec, il est question de fureteur) Le surfer évolue sur World Wide Web sans connaître la moindre commande Unix, sans même savoir où se situe physiquement le document qu'il consulte. Une multitude de browsers existent pour la plupart des ordinateurs. Les 50 sites Web de mi-93 ont été rejoints par trente mille autres, la taille du Web doublant tous les trois mois. Un navigateur est basé sur le concept d'hypermedia. Il affiche sur l'écran des utilisateurs des documents comparables aux pages d'un livre. Les pages sont constituées de textes, images ou sons et reliées entre elles par des liens ou hyperlinks. Un clic sur un de ces liens ouvre la voie à un autre document qui peut être sur une autre machine Internet à des milliers de kilomètres du premier. Microsoft offre gracieusement son Internet Explorer, IBM a son WebExplorer sous OS/2. Une partie de l'équipe de développement originale du NCSA Mosaic a fondé une société commerciale articulée autour des logiciels clients et serveurs World Wide Web. Marc Andreesen, concepteur original, s'est associé à Jim Clark, transfuge de Silicon Graphics, pour fonder Netscape qui s'impose de plus en plus comme un standard de fait en tant que logiciel de navigation client. Tous ces programmes reposent sur les trois mêmes standards :

·         Un langage de description de page appelé HTML pour HyperText Markup Language, le format pour décrire les liens entre documents ou parties de documents.

·         Une convention, l'URL ou Universal Resource Locator, pour nommer et repérer les pièces d'informations disséminées sur le réseau. L'URL agit comme les pages jaunes du bottin téléphonique. Elle désigne l'adresse d'un serveur Internet et des ressouces qu'il offre à la communauté. Si vous voulez communiquer avec le CERN, il faut connaître son URL http://info.cern.ch qui vous donnera accès à la page de garde du serveur.

·         Un protocole de transfert de données entre machines baptisé HTTP c'est-à-dire HyperText Transfert Protocol.

3.        les Usenet newsgroups

Usenet est une collection de conférences et forums électroniques où les utilisateurs s'échangent des opinions, des informations sur les thèmes les plus divers. Il y a pour l'instant à peu près huit mille conférences. Vous vous en dotez, les plus populaires commencent par l'extension alt.sex.* et drainent plus de quatre cent mille lecteurs. Les thèmes de conférences sont classés de façon hiérarchique avec un système de noms séparés par des points.

FTP

FTP désigne à la fois un programme et le protocole qu'il utilise, le File Transfer Protocol. Son rôle est de transférer des fichiers d'un ordinateur à l'autre. Il existe des centaines d'aplications FTP en mode texte ou en mode graphique. Toutes respectent à peu près les mêmes conventions.

La première opération est d'ouvrir une connexion avec un site distant en précisant son nom ou son adresse IP. Example : ftp ftp.netline.be

La deuxième étape consistera à communiquer votre nom et votre mot de passe à la machine distante.

Si vous disposez d'un compte sur la machine, laissez votre nom d'utilisateur et votre mot de passe pour disposer de droits plus importants. Sinon vous pourrez toujours vous connecter sous le nom "anonymous" et laisser votre adresse email comme mot de passe.

Pour transférer les fichiers, deux commandes sont à retenir : get pour donwloader ou rapatrier un fichier vers votre machine, put pour uploader ou envoyer un fichier vers le site distant.

La syntaxe est identique dans les deux cas : put/get fichier_source fichier_destination.

Email

C'est l'abréviation d'electronic mail ou courrier électronique. C'est une façon très rapide et économique d'envoyer un message à une autre personne disposant d'une adresse électronique.

Pour qu'un message arrive à destination, il faut simplement respecter les règles de constitution d'une adresse email. Les adresses de l'émetteur et du destinataire doivent être rédigées de la même façon : nom_utilisateur@machine, le @ se prononcant "at". Le message débute invariablement par une en-tête contenant les champs From:, To: et Subject:. En quelques secondes, le message atterrira dans la boîte aux lettres du destinataire qui pourra le lire dès qu'il relèvera son courrier. Le destinataire n'a donc pas besoin d'être en ligne au moment où il reçoit son message.

Part 2 Commerce électronique: déjà une réalité

La Commission Européenne publiait, il y a quelques jours, les résultats financiers de l'industrie européenne de la communication et de l'information : ce n’est pas une surprise, la C.E.E constate une progression fulgurante et des augmentations de 8,3 % du chiffre d'affaires en une année (et pour cette industrie), 7,8 % pour la production et 9,1 % pour la valeur brute ajoutée dans la Communauté.

 Publier ces chiffres recouvre un objectif clair : il est urgent de stimuler le commerce électronique en Europe, afin de rattraper le retard accumulé par rapport aux autres pays du monde et notamment les Etats-Unis, et il est opportun de profiter de l'énorme succès des réseaux d'information dont le plus connu et le plus développé est le désormais célèbre Internet.

Le but n'est pas ici de retracer l'historique de l'Internet ni d'entrer dans le débat assez vain qui consiste à connaître le nombre exact de personnes  connectées sur ce réseau. Ailleurs dans ces colonnes, des données quasi-scientifiques sont offertes à votre lecture et à votre analyse.

Une chose est toutefois claire et incontestable : la nature même d'un Internet conçu par l'armée américaine pendant la guerre froide pour y cacher ses secrets stratégiques, en fait un réseau quasiment indestructible et dorénavant incontournable. Le bon vieux principe du "si c'est pas nous, d'autres le feront" doit être de mise. Le soleil ne se couche pas sur le cyberespace : Internet vit 24 heures sur 24, 7 jours sur 7 tout au long de l'année, réunissant dans une communauté diversifiée et hétéroclite, plus de 50 millions d'habitants d'une autre planète, avec ses propres règles et réglements, et comme principe de base absolu la totale liberté d'existence, d'opinion et de parole.

 On l'aura compris à la lecture de ces quelques lignes : le commerce électronique sur le réseau Internet obéit à des pratiques que toute entreprise, tout commerçant et tout entrepreneur doit connaître, apprendre à reconnaître et utiliser.

A ces conditions, l’entrepreneur met “de son côté” tous les atouts et ne prend plus que le risque de la réussite.

Etre présent sur l'Internet commence souvent par y installer une "vitrine", que l'on appelle un site ou un site web (le mot web vient du vocable world-wide web, qui signifie en français toile d'araignée mondiale ; pour la petite histoire, sachez que les canadiens francophones appellent le web, “la grande toile”).

Les motifs d’une présence sur le réseau sont multiples, et l'on peut les  regrouper en différentes catégories ou intérêts :

·               il faut savoir que c’est un formidable outil de marketing et de recherche d'information

·               c'est aussi l'occasion d'économies substantielles et d'augmentation de l'efficacité économique

·               c'est un formidable moyen de communication, et qui dit information dit aussi publicité et relations publiques, et par conséquent source de profits

·               et enfin, c’est un outil qui permet la réalisation de transactions commerciales, en un mot du business.

Une source intarissable d'informations.

Personne ne peut nier qu'aujourd'hui plus qu'hier, l'information est stratégique : un des plus grands atouts de l'Internet réside dans sa nature de bibliothèque universelle du savoir. Consulter chaque "page" d'information que l'on y trouve et consacrer 1 minute à chacune de ces pages, vous obligerait à sacrifier 4 ans et demi de votre vie... c'est là un exemple de la richesse d'information qui se cache parmi les 2,5 mille milliards de bits d'information que l’on y trouve, et cela dans tous les domaines.

Informations sur les brevets disponibles, les données statistiques de tous les pays du monde et dans les secteurs les plus variés, les chiffres économiques les plus récents, les travaux d’universitaires ou de départements scientifiques, des contacts potentiels à l'exportation... tout ou presque s'y trouve pour chaque activité économique qui concerne chacune de vos activités ou entreprises.

 De nouveaux horizons commerciaux à votre portée.

Nous l’avons écrit plus avant: ce nouvel univers est peuplé d’habitants et donc de consommateurs potentiels. Ceux-ci sont identifiables et maintenant connus : le consommateur nouveau est branché sur le réseau des réseaux ; 28 millions de personnes seraient raccordées au net; 10% des utilisateurs ont moins de 18 ans mais l’âge moyen est de 32 ans, ce qui garantit l'indépendance financière des “surfeurs”. Un internaute sur 3 est une internaute. Et près de 35 % des habitués du réseau internet sont européens ou asiatiques.

ENCADRE / D’autres chiffres?

38,5% des ménages aux Etats-unis disposent d’un PC à la maison et ce nombre ne fait qu’augmenter. En Europe, c’est moins d’un ménage sur 10…

Le jour de l’ouverture des Jeux Olympiques d’Atlanta, 16.955.274 personnes ont visité le site internet officiel des Jeux!

Le marché internet total représentera 210 milliards de $ en 1998. Les services de conseil aux entreprises dans ce domaine représenteront eux 54 millions de $.

44% des entreprises françaises envisagent la création d’un site sur le net en 1998. Ce chiffre n’était que de 26% en 1997.

6740 sites internet sont aujourd’hui consacrés à la vente. Parmi eux, 34 % seraient profitables dès la première année.

L’informatique permet l'installation de relations personnalisées avec chacun de ces utilisateurs : agir et réagir en temps réel n'est qu'une question de technologie (et de fuseaux horaires, pas de distances). Internet c'est l'interactivité totale, le cousu main, le sur-mesure: dites-nous exactement quel type de voiture vous désirez, marque, âge, couleur, nombre de portes, options, prix : dans 48 heures, nous l'aurons trouvée. Ceci n'est pas une publicité, c'est la réalité économique quotidienne de la firme "Auto-By-Tel" une jeune entreprise américaine qui vous livre en 2 jours au prix qui vous convient la voiture de vos rêves, sans aucun intermédiaire, et vous renseigne également sur les meilleures conditions d'assurance. Cette entreprise qui ne vend que sur Internet, vient de débarquer en France après un succès fulgurant outre-Atlantique au bout de 2 années de fonctionnement seulement...

Le marché mondial pour le prix d'une communication zonale

Le principe de base de l'Internet repose sur le fractionnement du paiement des communications internationales : l'utilisateur final, entreprise ou particulier, ne paie qu'une communication locale : cette raison est peut-être à l'origine de l'utilisation du net pour les échanges entre filiales d'un même groupe ou des contacts avec les fournisseurs, où qu'ils soient situés dans le monde. Le groupe Bekaert utilise Internet pour ce type de communications.

Mais la réalité du commerce électronique, dit " on line ", repose sur des données beaucoup plus incontestables : 2,7 millions de personnes utilisent régulièrement le net pour y effectuer du shopping ou y trouver des informations commerciales; Nielsen Media Research confirme que 2,5 millions d'utilisateurs ont déjà acheté un bien ou un service sur Internet, alors que Forrester Research International affirme que les ventes directes atteindront 518 millions de dollars cette année .

L'activité économique sur Internet concerne bien entendu d'autres marchandises que les automobiles : les logiciels arrivent en tête des ventes suivis des CD's, des livres, des voyages et billets d'avion, des produits diététiques ou du vin... mais aussi un large éventail de produits manufacturés, de matières premières, de nouvelles technologies.

Plus près de chez nous, les infrastructures se sont mises en place progressivement, tant au point de vue de la sécurisation des transactions que de possibilité de paiement en ligne. Les premiers "cyber-shoppings" sont encore rares : la firme bruxelloise Netbeat réalise pourtant plusieurs centaines de ventes de disques belges sur son site et les bières spéciales se vendent bien dans les groupes de discussion. Les outils sont là, les réseaux sont en place. Mais parmi les 300.000 belges connectés, les premières tentatives commerciales sont le plus souvent initiées par des groupes importants : la banque Cera permet les transactions bancaires en ligne, le systême proton de Banksys permet la vente de revues sur le site Ad-Valvas .... il n'y aura bientôt plus de raison de ne pas assister à un décollage rapide et important du commerce en ligne.

Qui plus est, il n'y a pas de frontières dans le cyberespace, pas de barrières douanières mais d'autres individus en quête de contacts et d'informations. Les coûts liés à l'installation d'un site sont moins élevés que ceux d'un catalogue en quadrichromie et en quatre langues. Ces raisons devraient inciter les entreprises à étudier de près la possibilité d'utiliser l'Internet comme outil performant d'exportation. La conquête de nouveaux territoires démarre aujourd'hui sur l'écran de votre ordinateur. Le seul risque à prendre, c'est de double-cliquer sur la souris.

Mais est-ce un risque, vraiment?

Cadre 1  Les adresses pour comprendre internet et bien démarrer.

1.        l’annuaire belge le plus complet, pages jaunes et blanches : http://www.advalvas.be

2.        un site de cuisine wallonne : http://www.wallonie.com/cuisine/pcr1.htm

3.        Le plus grand magasin du world-wide-web : http://www.buyitonline.com

4.    Des belges qui vendent sur internet : http://www.godiva.com/services/sweepsatkes-godiva/index.html 

5.    Un juke-box et de la musique de chez nous à volonté : http://www.netbeat.com

6.    Le premier vrai moteur de recherche sur l’internet : http://www.yahoo.com

7.    Pour s’y retrouver en Français :http://www.lanternet.fr/hugo/français.html

8.    Tous les sites de Wallonie : http:// www.netline.be/w4.htm

9.    Un site made in Belgium bien fait, pratique et qui vient de sortir: http://www.brusselsairport.be

10.Pour être au courant de toutes les infos : http://www.lesoir.be

Cadre : Liste des fournisseurs Belges d'accès Internet

Aasci

Tél : 061-21 66 35
Fax : 061-21 66 35
aasci@tornado.be
http://www.aasci.be

Akrotec

Tél : 055-21 83 25
Fax : 055-21 93 23
akrotec@tornado.be

Aleph-1

Tél : 02-219 60 80
Fax : 02-218 02 00
christelle.debeer@a-1.be
http://www.a-1.be

Analogi

Tél : 04-337 22 58
Fax : 04-337 22 49
info@analogi.be
http://www.analogi.be

Antrasite

Tél : 02-389 10 94
Fax : 02-389 10 95
antrasite@antrasite.be
http://www.antrasite.be

Arcadis

Tél : 02-534 11 00
Fax : 02-534 11 88
info@arcadis.be
http://www.arcadis.be

Aton

Tél : 02-466 42 45
Fax : 02-463 09 67
info@aton.net

Bausch Datacom

Tél : 016-46 12 88
Fax : 016-46 31 51
bruno.wolfs@bausch.be
http://www.bausch.be

BE ON s.a.

Tél : 02-346 24 64
Fax : 02-346 60 96
info@mail.beon.be
http://www.beon.be

become.net

Tél : 02- 648 70 15
Fax : 02-648 70 15
 lvdb@become.net
http://www.become.net

Belgian Internet Provider B.I.P.

Tél : 069-64 89 93
Fax : 069-64 89 93
support@bip-dv.be
http://www.bip-dv.be

Belgium Online

Tél : 02-558 03 63
Fax : 02-527 03 20
Dominique.De.Backer@belgium.online.be
http://belgium.online.be

Belgonet

Tél : 03-760 15 12
Fax : 03-766 07 81
info@belgonet.be
http://www.belgonet.be

Belnet

Tél : 02-238 34 70
Fax : 02-230 59 12
helpdesk@belnet.be

http://www.belnet.be

Bmedia.be

Tél : 071-31 50 00
Fax : 071-32 74 19
Webmaster@bmedia.be
http://www.bmedia.be

BT(Worldwide) Ltd

Tél : 02-718 22 11
Fax : 02-725 56 71
bruyninckx@brussels.agw.bt.co.uk
http://www.bt.be

Cagif Services - CWS

Tél : 067-84 20 44
Fax : 067-84 20 45
webmaster@cagif.be
http://www.cagif.be

CCIM

Tél : 056-84 30 20
Fax : 056-84 30 28
masure.david@mail.ccim.be

CEVI

Tél : 09-225 48 60
Fax : 09-233 05 24
cevi@cevi.be
http://www.cevi.be/

Charline Production s.a.

Tél : 071-25 00 00
Fax : 071-25 00 09
sales@charline.be
http://www.charline.be

Compuserve

Tél : 02-702 21 60

Computer Company

Tél : 02-715 17 05
Fax : 02-725 38 70
gla@coco.be
http://www.coco.be/

Compuvision

Tél : 051-22 65 10
Fax : 051-22 62 76
cdl@compuvision.be
http://www.netlink.be

CybCoBe

sales@cybco.be
http://www.cybco.be

Cyber Club Internet sa

Tél : 056-84 20 30
Fax : 056-84 30 28
info@ccim.be
http://www.ccim.be/ccim

Cybernet

Tél : 042-40 13 10
Fax : 042-40 13 60
Sales@Cybernet.Be
http://WWW.CYBERNET.BE

D. PRODUCTS BELGIUM SA/NV

Tél : 02-672 78 97
Fax : 02-660 04 59
info@dproducts.be
http://www.dproducts.be

De Tesor Computers

Tél : 087-23 15 08
Fax : 087-23 15 09
info@detesor.be
http://www.detesor.be

DMC

Tél : 064-26 56 89
Fax : 064-22 99 48
dmc@tornado.be
http://www.dmc.tornado.be

EUnet Belgium

Tél : 016-39 83 98
Fax : 016-39 83 99
info@Belgium.EU.net
http://www.Belgium.EU.net

Euregio.net NV (Büllingen)

Tél : 080-64 77 13
Fax : 080-64 22 85
info@euregio.net
http://www.euregio.net

Euregio.net NV (Eupen)

Tél : 087-56 11 77
Fax : 087-56 11 22
info@euregio.net
http://www.euregio.net

Eurosys

Tél : 011-52 24 52
Fax : 011-52 65 62
info@tornado.be
http://www.eurosys.be

Forum Internet-Ca-Verne

Tél : 014-47 93 00
Fax : 014-42 42 83
forum@forum.be
http://www.forum.be

Gate71

Tél : 071-81 62 02
Fax : 071-81 03 60
info@gate71.be
http://www.gate71.be

Global One

Tél : 02-626 06 00
Fax : 02-626 40 34
info@global-one.be
http://www.global-one.com

Globe Internet N.V.

Tél : 02-721 00 30
Fax : 02-721 00 25
sales@glo.be
http://www.glo.be

Hebel

Tél : 02-646 69 08
Fax : 02-627 00 29
info@hebel.net
http://www.hebel.net

HOnet s.p.r.l.

Tél : 069-84 30 80
Fax : 069-84 42 00
info@honet.be
http://www.honet.be

IBM Global Network

Tél : 02-225 25 25
Fax : 02-718 40 23
bruno_vanderschueren@be.ibm.com
http://www.ibm.be

ICS Computers

Tél : 057-33 70 33
Fax : 057-33 76 07
info@ics.be
http://www.ics.be

IDT

Tél : 063-22 14 26
Fax : 063-22 24 78
info@idt.be
http://www.idt.be

IDT L'espace Informatique

Tél : 063-22 14 26
Fax : 063-22 24 78
idt@tornado.be

Iguana

Tél : 02/582 66 50
Fax : 02/582 66 50
http://www.innet.be/iguana/

Imaginet

Tél : 02/644 09 70
Fax : 02/644 38 97
imaginet@imaginet.be
http://www.imaginet.be

iMOTION Interactive Multimedia Productions

Tél : 03-205 60 80
Fax : 03-205 60 69
gert.verschueren@imotion.be
http://www.imotion.be

Infoboard

Tél : 02-474 01 10
Fax : 02-475 25 32
info@infoboard.be
http://www.ib.be

Infonie

Tél : 02-476 15 15
Fax : 02-478 29 24
benelux@infonie.be
http://www.infonie.com

Informatique Concept

Tél : 083-21.11.44
Fax : 083-21.32.42
info@ic.be
http://www.ic.be

Innet

Tél : 03-285 63 00
Fax : 03-281 49 85
info@inbe.net
http://www.innet.net

Integral - Le Club Internet

Tél : 065-40 11 11
Fax : 065-4011 10
LCI@Integral.be
http://www.integral.be

Interpac Belgium SA/NV

Tél : 02-646 60 00
Fax : 02-640 3638
info@interpac.be
http://www.interpac.be

Interweb

Tél : 010-45 22 11
Fax : 010-45 22 18
pierre.burton@interweb.be
http://www.interweb.be

ISI Informatique

Tél : 085-51 25 06
Fax : 085-51 30 82
ISI@Tornado.be
http://WWW.ISI.BE

KnoopPunt

Tél : 09-233 81 55
Fax : 09-233 73 43
support@knooppunt.be
http://www.knooppunt.be

La Cartouche

Tél : 082-22 46 49
Fax : 082-22 57 33
cartouch@tornado.be

Le Break - Virtual Galaxy

Tél : 081-23 01 19
dms@lebreak.be

@line

Tél : 02-219 60 80
Fax : 02-218 02 00
rudi.roth@a-1.be

Linkline

Tél : 02-644 25 13
Fax : 02-644 26 41
sales@linkline.be
http://www.linkline.be

Mercure

Tél : 081-25 06 35
Fax : 081-25 06 20
info@mercure.be
http://www.mercure.be/

Micro Tradunion Center

Tél : 084-34 63 74
Fax : 060-34 65 63
micronet60@mail-center.be
http://www.micro.center.be

net4all.be

Tél : 03-231 57 32
Fax : 03-231 54 41
paulb@net4all.be

Net4U

Tél : 09-221 90 99
Fax : 09-221 88 60
info@net4u.be
http://www.net4u.be

Net7

Tél : 016-31 00 19

Netisdn

Tél : 02-223 54 72
Fax : 02-223 54 76
christelle.debeer@a-1.be

Netomium Concept

Tél : 02-732 23 00
Fax : 02-732 24 81
concept@netomium.be
http://concept.netomium.be

Netpoint

Tél : 09-265 80 50
Fax : 09-233 00 78
info@netpoint.be
http://www.netpoint.be

Netropolis

Tél : 02-649 36 93
Fax : 02-649 95 87
info@netropolis.be
http://www.netropolis.be

Openweb

Tél : 081-32 21 32
Fax : 081 32 21 31
olivier.schyns@openweb.be
http://www.openweb.be

PACC

Tél : 02-346 61 44
Fax : 02-343 23 64
info@pacc.be
http://www.pacc.be

Perceval Technologies

Tél : 02-640 91 94
Fax : 02-640 31 54
info@perceval.be
http://www.perceval.be

Ping sa/nv

Tél : 070-23 37 72
Fax : 070-23 37 71
info@ping.be
http://www.ping.be

Planet Internet

Tél : 0800-99 663
Fax : 03-206 52 10
welkom@planetinternet.be
http://www.planetinternet.be

Planet & Partners - United Callers

Tél : 050-45 45 70
Fax : 050-45 45 44
info@unicall.be
http://www.unicall.be

PPC

Tél : 02-421 05 00
Fax : 02-421 05 10
info@ppcsys.be
http://www.ppcsys.be/

PROMIN - PROMOTION & INFORMATIQUE

Tél : 081.311290
Fax : 081.322108
promin@promin.be
http://www.promin.be

Regio(r)

Tél : 02-361 19 36
http://www.regio.be

Skyland

Tél : 04-367 42 94
Fax : 04-367 42 94
webmaster@skyland.be
http://www.skyland.be

Skynet

Tél : 02-513 88 44
Fax : 02-513 77 59
info@skynet.be
http://www.skynet.be

Switchon

Tél : 02/ 549 55 55
Fax : 02 /511 26 54
d.wauthy@switchon.be
http://www.switchon.be/switchon

TFI

Tél : 02-714 86 86
Fax : 02-714 86 87
info@tfi.be
http://www.tfi.be

Tornado

Tél : 016-55 16 21
Fax : 016-55 16 21
info@tornado.be
http://www.tornado.net/

Ulysse Group S.A.

Tél : 065-40 18 11
Fax : 065-40 18 19
sales@ugr.be
http://www.ugr.be

Unisource Belgium NV

Tél : 02-716 33 11
Fax : 02 716 33 33
info@unisource.be
http://www.unisource.be

VEN Brussels

Tél : 02-374 52 52
Fax : 02-374 10 06
info@brusl.com

Visitronics n.v.

Tél : 016-56 06 11
Fax : 016-56 59 65
visisales@visitronics.be
http://www.visitronics.be

Xs4all Internet nv

Tél : 09-265 02 05

http://www.xs4all.be

ZEB Internet

Tél : 014-51 28 65
Fax : 014-51 77 03
zeb@zeb.be
http://www.zeb.be