Microsoft Networks

L'oiseau noir

Eric Lapaille

elapaille@bix.com

Occulté par la campagne de promotion de Windows et Office 95, Microsoft Networks n'en reste pas moins un composant essentiel de la stratégie Microsoft pour les prochaines années. Les 2800 participants à la "Microsoft Interactive Media Conference" organisée à Long Beach, CA ne s'y sont pas trompés.

Le discours inaugural de la conférence par Bill Gates fut l'occasion d'annoncer un événement peu courant dans le monde informatique : Microsoft a pris quatre mois d'avance sur le planning et sera à même d'offrir à tous les citoyens Américains un accès complet à Internet via Microsoft Networks dès le 24 août, date de lancement officiel du service online. Microsoft a triplé la cadence pour être sûr que Microsoft Networks soit finalisé et son logiciel client inclus dans Windows 95 avant qu'une action ne soit intentée par ses concurrents Compuserve, AOL ou Prodigy via le département US de la justice. Une rumeur persistante fait état d'un "switch" logiciel dans Windows 95 qui permettrait la désactivation des fonctionalités Msn au cas où une telle action apparaîtrait après le 24 août. Une nouvelle fonction permet aussi d'accéder à MSN via Internet, le site WEB http://www.msn.com reproduisant une partie des services disponibles sur MSN.

Microsoft a revu sa copie Microsoft Networks. L'idée centrale est désormais que la frontière entre services commerciaux en ligne et Internet disparaîtra progressivement. Russel Siegelman, general manager for online services et nouvel homme fort du régime de Redmond, veut à tout prix réduire la distinction entre MSN et Internet en fournissant à l'avenir des outils de développement communs pour les deux plates-formes. Il considère MSN comme partie intégrante d'Internet, une espèce d'ilôt Internet à l'abri des pirates et des pornocrates.

MSN est déjà un succès puisque 160 compagnies US et 75 sociétés Européennes (dont Riverland, éditeur de CM Corporate) ont signé un accord de partenariat avec Microsoft pour devenir "Content Providers" dès la rentrée. On est encore loin des 3000 fournisseurs d'informations abrités par Compuserve mais ce n'est qu'un début assure Siegelman. L'intérêt pour MSN semble particulièrement développé en France ( Le Monde, le Nouvel Obs, Libé, la FNAC, Air France, l'Express ) où la tendance qui se dessine est de passer du Minitel aux services MSN sans passer par la case Internet. Face aux content providers, Microsoft a adopté une stratégie différente de ces concurrents. Chez Compuserve par exemple, les fournisseurs d'info recoivent des royalties (jusqu'à 30 % des taux de connexion) en fonction du temps passé par les utilisateurs dans leurs forums. Microsoft par contre permet à chacun de ses Content Providers de décider lui-même des taux facturés. Microsoft se charge lui-même de la facturation et empoche au passage 30 % des gains générés. Microsoft prend aussi 20 % sur les revenus publicitaires et 5 % de commission sur les biens vendus par le biais de MSN mais délivrés par un autre moyen. On imagine sans peine la montagne de dollars que ces commissions représentent et Bill Gates va même jusqu'à affirmer que "Msn est plus important pour l'avenir de Microsoft que l'apparition du PC en 1981".

Côté utilisateurs, les prédictions divergent très fort. Le New-York Times parle de 9 millions d'utilisateurs MSN d'ici la fin de l'année tandis que Forrester Research Inc. table sur 2,4 millions d'abonnés en 1997. La vérité doit se situer entre ces deux extrêmes.

BlackBird

Côté outils de développement, les nouvelles sont plutôt bonnes. Tous les outils de développement Microsoft Networks sont concentrés dans BlackBird, un kit de développement dont la version préliminaire a été distribuée lors de la conférence. BlackBird repose sur un langage SGML ( Standard Generalized Markup Language). Le BBML, Black Bird Markup Language, est fortement inspiré du HTML dont il a conservé les meilleurs aspects. D'une paraphrase, on pourrait dire que BBML = HTML + OLE - HTML Forms + MAPI. Expliquons-nous. Le BBML est un format de fichier binaire, donc un peu plus rapide qu'un fichier texte, il inclut pratiquement toutes les commandes du langage HTML 2.0 à l'exception des "forms" remplacées par les eforms du Microsoft Mail API. Par rapport au langage HTML, BBML a l'immense avantage de supporte l'Object Linking and Embedding. Dans un document BBML, il est donc possible d'insérer aisément un objet de type VBX ou OCX (OLE controls) pour en élargir les potentialités. Cela signifie que le BBML oppose au statisme du HTML une approche client/serveur facilitant le traitement de données dynamiques. Comme chez Sun avec HotJava, il sera possible de télécharger en même temps qu'un document le code nécessaire à sa représentation. Par rapport au HTML, il est nettement plus aisé avec le BBML de créer des tables ou des masques de saisie de données. Il est possible également de placer et aligner les images n'importe où dans le document.

Plusieurs sociétés viennent déjà d'annoncer leur support de BlackBird sous forme d'OCX additionnels. Adobe travaille ainsi à un module permettant d'intégrer des filtres plugin Adobe PhotoShop dans BlackBird. Macromedia a fait de même pour les présentations Director. Caligari, le concepteur du somptueux programme 3D TrueSpace, on annonce la disponibilité imminente de modules de création de mondes 3D interactifs. Enfin, InterVista prépare un navigateur VRML (Virtual Reality Markup Language) spécialement conçu pour MSN et son BlackBird. Microsoft lui-même met la dernière main à Scribble, un outil pour la création de jeux interactifs, mondes virtuels et applications 3D en ligne.

A partir d'une application BlackBird, il est possible de générer des liens vers d'autres services MSN comme les sessions "chat", le "bulletin board" ou le courrier électronique. Des liens sont même possibles vers des documents HTML sur le World-Wide Web.

Sur le CD-ROM BlackBird actuel, on retrouve BlackBird Word, une version 32 bits de Word 6.0 pour NT et Windows 95 auquel on a ajouté un module de conversion BDF (BlackBird Data Format) pour générer aisément des documents BBML à partir de n'importe quel document existant. L'éditeur BlackBird ne tourne que sous Windows 95 et a adopté le look du Shell Explorer de Windows 95. On y place par drag and drop les objets composant un document. Des boutons de contrôle de base, AVI Control, Audio player, boutons de navigation sont déjà inclus par Microsoft. les développeurs pourront y ajouter des OCX de leur cru développés en Visual Basic ou Visual C++. Une fois qu'une application Blackbird est prête, elle est "compilée" pour optimaliser son transfert sur des lignes à faible bande passante. Les images sont par exemple compressées via une méthode de compression par "wavelet" qui facilite leur affichage progressif. Il ne reste plus qu'à envoyer l'application finale directement aux utilisateurs ou bien sur le data center de Microsoft Networks.

En plus du BlackBird Word et du BlackBird Designer, le kit de développement contient un client BlackBird. Entendons-nous bien, contrairement aux autres services en ligne, BlackBird n'a pas besoin d'un programme client spécifique (WinCim chez Compuserve ou un browser WWW sur Internet). Les documents générés par BlackBird sont plutôt des applications Windows à part entière soit de type statique, soit de type dynamique. Le client, ici, n'est qu'un module runtime pour activer les applications.

BlackBird se veut un tout aisément utilisable par des équipes pluridisciplinaires mélangeant graphistes, éditeurs et programmeurs. Il a de la sorte un avantage évident sur les solutions Web réclamant une connaissance plus pointue des langages HTML, CGI , Perl ou Java.

Difficile de prédire quel sera le succès de Microsoft Networks face à Internet ou d'autres fournisseurs comme Compuserve. A notre avis, MSN risque d'attirer une clientèle d'entreprise qui se méfiait d'Internet et de ses excès. La possibilité de facturer l'utilisateur, la sécurité apportée par le réseau privé de Microsoft, l'accès centralisé à l'information inciteront une nouvelle génération d'investisseurs à développer des services davantage commerciaux tandis qu'Internet retrouvera progressivement sa vocation académique. Quant aux contenus de MSN, Microsoft restera seul juge. Chaque content provider devra soumettre un dossier à Microsoft et il est à prévoir qu'on ne trouvera sur MSN ni pamela.jpg, ni recettes d'extasy, ni warez. Microsoft vient de constituer une équipe de journalistes électroniques pour MSN dont on peut craindre aussi tous les excès en terme de partialité.

Les services électroniques subiront le même sort que les radios. De libres et alternatives, elles sont devenues progressivement commerciales et bien pensantes.

Russel Siegelman

Microsoft Networks était le média le plus évident pour interviewer Russell Siegelman, Microsoft online general manager, l'homme qui veille au destin de MSN

Q: Parlez-nous de Scribble

A: Scribble est un outil permettant aux auteurs de publication électronique de créer des MUDs ou Multi-User Dimensions sur MSN aussi facilement que de produire une page de texte dans un traitement de texte. Cela débouchera sur des "Scribble Worlds", des environnements virtuels en mode texte où les participants peuvent revêtir de nouvelles personnalités, voyager virtuellement, interagir avec d'autres utilisateurs ou des objets. Images et sons peuvent être ajoutés pour donner plus de dimension à ces mondes virtuels. Scribble sera offert gracieusement aux "content providers" intéressés avant la fin de l'année.

Q: L'intégration de MSN dans NT, c'est pour quand ?

A: Microsoft a annoncé pour la première moitié de 1996 une nouvelle version de NT qui comportera le nouveau shell graphique de Windows 95. MSN sera intégré dans cette version.

Q: Microsoft a-t-il l'intention d'établir des liens entre MSN et des services en temps réel, je pense par exemple à des cotations boursières ou des compagnies aériennes ?

A: Nous avons des plans pour de tels services temps réel. Certains comme le shopping temps réel seront disponibles dès le lancement de Msn.

Q: Quelle sécurité offre MSN que n'a pas Internet ?

A: Vu d'un point de vue réseau, toutes nos connexions réseau seront réalisées via un réseau protégé privé entre août et décembre. Toutes ces connexions seront donc aussi sûres que le réseau téléphonique. Il n'y a pas un bit qui quittera ce réseau privé établi par Microsoft pour aller se perdre sur un site Internet. Après décembre, nous permettrons aux utilisateurs de se connecter à MSN via n'importe quel Internet provider. A partir de ce moment, nous encrypterons les informations sensibles comme les mots de passe ou les numéros de cartes de crédit. Au fur et à mesure, nous encrypterons de plus en plus d'informations. Nous avons aussi toute une série de mesures de type hard ou soft pour s'assurer de la sécurité de nos centres de données et pour rendre impossible tout vol de données sur MSN.

Q: Le coût d'abonnement à MSN a-t-il été finalisé ?

A: Pas encore mais nous n'en sommes plus loin.

Q: Quand introduirez-vous le support du TCP/IP en Europe pour MSN ?

A: Ici aux USA, ce sera dès le 24 août. Vous aurez un browser WWW (l'Internet Explorer) dans le PlusPack ou gratuit sur MSN. Pour l'Europe, il y a deux aspects :

1) MSN sera un "access provider" mondial dès le 2e trimestre 96.

2) Début 96, nous permettrons aux utilisateurs MSN de se connecter à MSN via n'importe quel Internet provider. Partout en Europe où vous pourrez trouver un point d'accès Internet, vous aurez accès à MSN.

Nous voudrions que MSN soit à portée d'un appel local dans le plus de coins du monde possible.

Nous espérons travailler avec des fournisseurs d'accès locaux et des opérateurs réseaux (comme des compagnies de téléphone) pour fournir un maximum de POP locaux.

Q: Microsoft ne recherchera-t-il pas comme content providers que des grands comptes au risque de voir les plus petites sociétés proposer leurs services sur Internet ?

A: Je ne suis pas d'accord avec vous. Si vous regardez les ICP qui ont déjà signé avec nous, vous y trouverez de nombreuses petites sociétés. Nous continuerons à signer avec de nombreuses PME si elles sont à même d'offrir des contenus originaux

Q: Où en êtes-vous dans vos relations avec le DOJ ?

A: Je m'intéresse avant tout à MSN, obtenir un système stable et des ICPs, définir une stratégie Internet, informer l'industrie de ce que nous entreprenons. Mais quoi que fasse le DOJ, nous serons prêts et nous ferons face aux actions si jamais il y en a. Nous sommes du côté de la loi et ce que nous faisons est pro-compétition donc je ne m'attends à aucune difficulté.

Q: Compuserve est pour l'instant le point de ralliement entre Microsoft et ses beta testeurs. Quand allez-vous déménager sur MSN ?

A: Nous sommes en discussion avec tous les groupes de produits Microsoft sur ce point. Cela arrivera certainement mais il faudra une période de transition car de tous les utilisateurs Microsoft, seuls les beta testeurs de Windows 95 ont accès à MSN pour l'instant. Nous avons encore une large base d'utilisateurs Windows 3.1 et Mac que nous ne pouvons négliger. Attendez-vous aux premiers sites bêtas sur MSN pour l'automne.

Q: Aujourd'hui, quel est le potentiel de MSN ? Combien d'appels simultanés peut-il supporter ?

A: Difficile à répondre. Il y a des facteurs comme l'heure d'appel (puisque nous couvrons le monde entier), la durée de l'appel, le type d'opérations effecuées sur MSN. Nous avons des estimations pour tous ces facteurs, nous avons comparé avec d'autres fournisseurs online mais comme MSN a des caractéristiques uniques (nombreux graphiques, dimension mondiale) c'est très difficile à estimer.

Notre but aujourd'hui est de soutenir les 150000 testeurs bêta et nous ferons ce qu'il faut à l'avenir pour supporter tous nos utilisateurs.