eric@netline.be

WebZone

MS reprend les devants. C'est le dernier jeu à la mode dans le monde des concepteurs de logiciels orientés réseau : faire adopter son dernier-né ou son cheval de bataille comme standard reconnu par une quelconque autorité Internet, par un obscur comité Web. Montrer son ouverture en publiant ses sources ( Novell publie celle des Netware Directory Services ), en collectionnant les médailles et certificats (Javasoft qui veut imposer Java à la fois chez ISO, IETF et d'autres comités Européens ), dévoiler des pans entiers d'un futur produit pour qu'il soit vite estampillé IETF - RFC -"vu sur Internet".

Il ne faut plus être devin pour connaître ce qui se prépare chez Microsoft pour les prochaines versions de Windows. Il suffit de consulter les documents Request For Comments et autres propositions de standardisation déposés par Microsoft auprès d'instances Internet comme le W3C ou l'IETF (Internet Engineering Task Force ). Tout l'avenir de NT 5.0 ou d'Internet Explorer 4.0 y sont définis en long et en large. Après avoir fait la moue devant Internet, après avoir intégré des technologies comme Java à contre coeur, après avoir imité la stratégie Netscape, après avoir racheté ailleurs l'architecture ISAPI, Front Page, dbWeb et des pans entiers de l'architecture ActiveX, Microsoft rattrape son retard. On a compris à Redmond qu'il était question désormais de devancer Internet en lui soumettant les nouvelles orientations du futur.

Netscape devancait la norme HTML avec ses frames ou ses tables, Microsoft fait de même avec Internet Explorer et ses SiteMaps (cfr notre test). Netscape lançait JavaScript pour la génération de petites applications côté client, Microsoft lance le scripting VBScript côté serveur. Novell tenait le cap avec ses Netware Directory Services, Microsoft les améliore et en fait un standard ouvert.

Prenons les prochaines orientations de Windows NT 5.0 par exemple. Microsoft le promotionne principalement au travers de la version 3 du Microsoft Internet Information Server qui s'appellera vraisemblablement Active Server Pages. MS IIS, promu au rang de pièce maitresse de NT 5.0, utilise un nouveau filtre ISAPI au nom de code Denali qui utilise un langage de scripting côté serveur pour faciliter la génération de pages HTML dynamiques. Le langage utilisé par Denali pourra être le VBScript maison mais aussi tout autre langage orienté script comme le JavaScript. Microsoft est donc obligé de s'aligner sur deux tendances mais aussi de glisser du VisualBasic propriétaire au VBScript ouvert. Le server ActiveX décode les fichiers ASP qui lui sont soumis et détecte trois sortes de fichiers ASCII, HTML ou Script. Les fichiers texte et HTML sont renvoyés directement au programme client sans traitement préalable tandis que les fichiers script sont traités pour identifier des balises script de type <% ... %> ou <SCRIPT>. A travers un tel script, il sera aisé d'interagir avec une base de données ODBC en invoquant ADO, l'ActiveX Database Object.

Après Windows for Workgroups, Microsoft passera bientôt à Internet for Workgroups via sa proposition CIFS ( Common Internet File Systems ). Internet est souvent limité à des transferts de fichiers à sens unique, sans possibilité de récupération en cas d'échec, sans réelle bidirectionnalité.

CIFS est présenté comme un protocole de remote file system, un standard pour permettre à des groupes de travail fermés de partager des documents à travers Internet. CIFS est ouvert, multi plate-forme et s'inspire bien sûr des protocoles de partage de fichiers Server Message Block de Windows 95, NT et OS/2. SMB était lui-même un standard X/Open depuis 92. CIFS 1.0 sera sousmis à l'IETF.

CIFS permettra à un programme client chargé de retrouver un fichier donné sur un serveur donné en passant soit par un DNS (Domain Name Server ) à la mode TCP/IP ou par une résolution NetBIOS comme l'actuel SMB. CIFS offre d'intéressantes options pour accéder rapidement à un fichier, le "locker" sur le serveur, l'éditer localement côté client et opérer une écriture sur le serveur. Les utilisateurs sont authentifiés sur le serveur distant avant d'accéder au moindre fichier. Les mots de passe sont encryptés avant de passer sur le réseau via un algorithme DES. CIFS n'est pas qu'une proposition Internet parmi les autres. C'est aussi la base du Distributed File System inclus dans les prochaines versions de NT.

On sait déjà tout sur Active Directory, les Directory Services de Windows NT 5.0. Un Directory Service, c'est comme Java, tout le monde en parle mais personne ne sait vous expliquer. Un DS, c'est comme un répertoire téléphonique fournissant toute information capable de retrouver un utilisateur ou une ressource du réseau. Un répertoire qui tente d'intégrer toutes les composantes de l'identité d'un utilisateur ou d'un document, sa boîte aux lettes électronique, son profil dans un groupe de travail etc.

Un directory service, ca doit éviter à un utilisateur de devoir répondre à des tas de logon différents et fournir les mots de passe adéquats. Microsoft fournit une nouvelle interface, Open Directory Services Interface (ODSI) pour permettre à n'importe quel Directory actuel de s'insérer dans Active Directory.

Un seul point d'entrée, une seule administration ! Du coup, vous pourrez dans un seul répertoire faire cotoyer les Universal Naming Convention style \\monserveur\mon fichier, un Domain Name Server Internet, les Netware Directory services, les binderies des précédents Netware, les conventions d'adressage électronique du X.500 et son impossible à retenir Lightweight Directory Access Protocol (LDAP RFC 1777) -- Cher LDAP://myserver.com/CN=JohnDoe,OU=Sys,O=myco,C=US -- , les adresss email RFC822 à la JohnDoe@x.com, les Universal Resource Locator du Hyper Text Transport Protocol, le Messaging API ou les données de Microsoft Exchange. Toute la colle nécessaire pour assembler tout cela pourra à nouveau être programmée avec un script VBScript, une applet Java ou du DCOM. Les noms de domaine de machines NT5 deviennent des noms gérés par le Domain Name Server. Ce DNS devient dynamique dans le sens où il est capable d'être mis à jour pour inclure l'adresse des stations qui se sont connectées sans une adresse IP statique. Le tout est protégé par un modèle distribué de sécurité s'inspirant à la fois du Kerberos made in MIT et des Access Control List de Windows NT.

Tout cela, c'est encore du futur, du vaporware, 2000 fonctions API de plus à apprendre pour les programmeurs, 30 nouveaux bouquins pour les nuls, imposer Windows NT comme leader des Network Operating Systems et des serveurs Internet, rendre obsolète l'actuel NT 4.0 à peine remis de son baptême, domestiquer Internet. Toujours plus compliqué pour les développeurs, toujours plus simple pour l'utilisateur.