eric@netline.be

Humeur - Internet, l'éléphant blanc

Se connecter à Internet depuis le bout du monde, c'est devenu un jeu d'enfant. Dans mon nouveau pays d'adoption, la Gambie, il m'a fallu moins d'une demi-journée pour souscrire un abonnement Internet, recevoir login name et mot de passe et être connecté au reste du monde. Un service à faire pâlir bien des Internet Providers du Bénélux. Liaison satellite, fibre optique 34 Mbps couvrant tout le pays, rien que du costaud. Je paie une communication locale et hop, me voilà connecté au serveur du bureau Belge à 6000 KM de là. Fini les bouchons de Bertem, les PV, vive le télétravail. 30° toute l'année, la mer, les palmiers, les filles, que rêver de mieux comme environnement de travail ?
- Ca te coûte une fortune ?
- Non, au contraire, 600 balles par mois accès
illimité !

- Pourquoi tu ne nous a plus pondu un email ou un article depuis quatre mois alors ? La mer, le vin de palme ou
les filles ?

- Ben non, le problème est ailleurs. En Gambie, on ne trouve que des 386 avec Wordstar et Lotus 123. Il n'y a
de l'électricité que 8 heures par jour. La centrale ne peut satisfaire que la moitié des besoins du pays. Il faut faire venir onduleur, stabilisateur et groupe électrogène de l'étranger. Il y a déjà deux UPS, une extension RAM et une paire d'enceintes qui m'ont lâché. Quand c'est pas l'orage ou le survoltage, c'est la poussière ou les 100% d'humidité qui vous mettent le matériel à genoux. Le département Internet de la compagnie de téléphone, c'est canon je vous disais mais obtenir le téléphone, c'est une autre paire de manches. Vous ne pouvez obtenir une ligne qu'après avoir payé les dettes (exorbitantes bien sûr) du précédent locataire. C'est une coutume locale là-bas. Pour avoir l'eau, le gaz ou l'électricité, une seule solution : payer les dettes du gars avant vous. Mon voisin m'a bien expliqué la coutume : "c'est normal, t'as qu'à faire pareil quand tu partiras".

- T'as Internet, l'électricité, le téléphone, un PC ! Il te manque rien !
- Attends, c'est pas si simple. C'est un accès Internet via Compuserve. Tu passes par un Packet Data Network
qui te relie à Tymnet UK qui te connecte à Compuserve USA. Chez Compuserve maintenant, le soft est si gros qu'il faut commander un CD avec la version 3.0 de WinCIM. J'attends toujours le CD. Faut te dire qu'il n'y a pas de noms de rue en Gambie, ni de numéro dans les rues, il y a même pas de facteurs en fait. Tu dois aller à la poste et consulter ta boîte postale. Mais il n'y a plus de boîtes postales libres. Alors, tu dois payer les dettes de quelqu'un qui a une boîte postale pour pouvoir utiliser la sienne. Heureusement que mon voisin m'a donné le tuyau "tu refiles un pot de vin à la postière, tu paies les dettes du précédent, tu jettes son courrier et tu as une boîte postale. C'est normal, c'est une coutume !". En attendant le CD, j'utilise la version 2.0 qui ne marche qu'avec Spry Mosaïc. Adieu frames, tables, veaux, vaches, cochons et plugins. Pas 10 % des sites que je puisse lire, qui ne soit pas surchargé d'animations et graphiques.

- 600 FB/mois mais c'est démocratique comme prix. Ca va permettre à l'Afrique de réduire ses distances avec le Nord.
- Tu rigoles, 600 FB c'est le salaire mensuel d'un fonctionnaire. Ca fait 7 années de salaire pour acheter un PC, onze mois pour le modem et quatre mois pour Windows 95. Dans neuf ans, on en reparlera. 

- Oui, mais tu as lu Negroponte ou Bill Gates, Internet ca va permettre aux Africains de mieux diffuser leurs informations. Ils auront accès à toutes les bibliothèques du monde depuis une école de brousse. 

- Bof, il y a trente ans, les Negroponto-futurologues-cyber de l'époque estimaient que la télévision scolaire était l'outil éducatif ultime pour l'Afrique. Drucker et Nagui, tu trouves qu'ils versent dans la pédagogie ? Non, Internet en Afrique et dans les pays pauvres c'est un peu l'éléphant blanc que les anciens rois de Thaïlande
offraient aux vassaux qu'ils voulaient châtier. Trop cher à entretenir, à soigner, à nourrir, le merveilleux
présent consacrait rapidement la ruine du vassal puni. Internet, c'est un autre cadeau empoisonné, un produit
encore mal adapté aux deux-tiers du globe. Il y a beaucoup d'amoureux des télécommunications en Afrique mais
ils continuent à utiliser des technologies plus adaptées. Ils utilisent Fidonet parce que la connexion téléphonique ne souffre d'aucun temps port, parce que l'information est compressée avant sa transmission, parce que la lecture et la rédaction des messages se fait offline. Fido, ca tourne sur un vieil AT avec 384 KB. Si nous voulons faire d'Internet un outil démocratique, c'est à nous de veiller à créer des programmes moins gourmands en RAM, des sites à l'abri de toute surcharge graphique, des algorithmes de compression plus puissant.

- Mais Bon Dieu, pourquoi as-tu été t'installer dans un pays pareil ?
- C'est un des seuls endroits au monde où je ne peux m'égarer à surfer 19 heures par jour sur le Net. Quand j'ai pas de courant, que l'UPS a lâché, que je me fais jeter de http://www.lesoir.be parce que j'ai pas de frames, alors je trouve enfin le temps de me plonger dans la mer ou de regarder les étoiles. Je compte y ouvrir un centre
de désaccoutumance pour tous ceux qui se shootent au WWW, sniffent du http ou fument du HTML.