Wildfire

Internet en direct du ciel

C'est un des paradoxes d'Internet. Tout le monde veut s'y connecter mais les connexions sont soit trop lentes si l'on passe par des solutions téléphoniques SLIP et PPP ou trop onéreuses pour le particulier lorsqu'on adopte des solutions ISDN ou lignes louées. Et quelle que soit la solution retenue, la facture à payer à l'opérateur télécom a refroidi plus d'un enthousiaste.

Le recours à la diffusion par satellite pourrait lever tous ces obstacles. La société Hughes Network Systems commercialise depuis un petit temps déjà des solutions satellites permettant le transfert de fichiers à une vitesse 200 cent fois supérieure à celle d'un modem ordinaire et vient de signer un accord stratégique important avec IBM pour la diffusion de logiciels IBM par ce canal.

Depuis plusieurs années, les utilisateurs Américains peuvent acquérir un décodeur spécial, s'abonner au système Planet Connect de Planet Systems Inc (email Info@NS1.planetc.com) et recevoir quotidiennement à 19200 bauds quelque 150 MB de newsgroups Usenet, conférences Fidonet etc. Le tout pour un investissement initial de 299 $. Le même service est disponible chez PageSat ( email info@pagesat.net ou http://www.pagesat.net). Malheureusement, cette distribution est assurée par des satellites qui ne sont captables que sur le territoire nord-américain.

Une initiative vient enfin de naître en Angleterre via la jeune société Wildfire qui ambitionne de couvrir toute l'Europe dès septembre et de diffuser toutes les conférences Usenet sur le satellite Européen Astra moyennant une redevance mensuelle de 8 à 10 livres sterling.

Chaque nuit, la totalité des messages de tous les newsgroups Usenet ( plus de huit mille forums soit pour l'instant plus ou moins trente MB) parvenus au site Wildfire sont retransmis comme un signal codé inclus dans l'image d'un des canaux du satellite Astra. Pour décoder ce signal, les utilisateurs ont besoin d'un décodeur spécial se présentant sous la forme d'une carte ISA 8 bits à enficher dans un PC et à relier à une antenne parabolique ordinaire. Un simple AT 286 muni d'un MB de RAM est amplement suffisant pour ce travail somme toute peu exigeant. Un logiciel sur le PC décode le signal et sauve sur disque l'ensemble des newsgroups auxquels l'utilisateur s'est préalablement abonné. Comme le signal n'est pas crypté, un décodeur vidéo n'est pas nécessaire. Plus de facture téléphonique astronomique, plus de signal occupé ou de serveur news saturé puisque tout le monde est desservi en même temps. Pour répondre aux messages, poster ses propres interventions dans un forum et utiliser les autres services d'Internet, l'utilisateur a bien sûr toujours besoin d'une connexion avec un Internet Provider ordinaire.

Wildfire justifie le recours à une carte spéciale PC en arguant que les taux de transfert atteints ne pourraient être supportés par un port série et une liaison RS-232 ordinaires.

Wildfire propose toujours ce service en phase bêta et espère trouver des développeurs pour porter les logiciels sur Unix, OS/2 et d'autres systèmes d'exploitation. Le satellite Astra couvre la quasi totalité du territoire Européen. Pour ceux qui ne disposent pas d'antenne satellite, il serait tout à fait possible d'obtenir ce service via le câble si le cablo-opérateur relaie correctement la totalité du signal TV hôte. Wildfire accepte que les conférences soient redistribuées par des BBS à condition qu'il soit clairement fait mention de leur nom dans l'écran d'ouverture.

De plus amples détails sont disponibles par courrier électronique adressé à Wildfire@tecc.co.uk ou par téléphone 44+1603 631727

Dès que l'on parle de diffusion Internet par satellite, les critiques fusent inévitablement en soulignant le caractère unidirectionnel de ce médium de communication. Ce sera bientôt du passé. Le CSHCN, Center for Satellite and Hybrid Communications Networks de l'Université du Maryland travaille avec Hughes Network Systems à la création d'un "Hybrid Terminal", une combinaison asymétrique de liaisons satellites et terrestres capable de fonctionner avec n'importe quelle solution TCP/IP reposant sur le protocole SLIP (Serial Line Internet Protocol). Comme au bon vieux temps du Minitel, le satellite servirait de canal haut débit pour la réception d'informations tandis que la plus poussive des liaisons téléphoniques relaierait les commandes émises par l'utilisateur. Renseignements sur http://www.isr.umd.edu/CCDS/homepage.html